Le Wi-Fi dans l’avion, une opération d’espionnage

Certaines compagnies aériennes américaines et canadiennes proposent dorénavant le Wi Fi à bord. Une offre peut-être alléchante et qui séduit déjà les utilisateurs qui ne peuvent s’empêcher de surfer sur la toile même durant leur voyage. Toutefois, pour les experts, un espionnage se cacherait derrière ce service, via une attaque de type man-in-the-middle. L’opérateur remis en cause : GoGo, qui usurperait les certificats SSL des sites visités.

Wi Fi en avion : Google accuse GoGo d’espionnage

GoGo est l’une des sociétés qui proposent le Wi Fi  en avion, notamment les avions desservant l’Amérique du nord. Cependant, elle est surtout accusée d’espionner ses utilisateurs, selon le rapport de Wired, réalisé en association avec les services de renseignement et la police. Le géant Google, lui-même accusé d’opérations illicites liées à la surveillance sur Internet a même publié que la société accusée utilise une attaque de type man-in-the-middle afin d’usurper les certificats SSL visité par les internautes. Sur le réseau social du petit oiseau bleu, Google a même écrit : « Hey, Gogo, pourquoi délivres-tu des certificats (SSL) *.google.com sur tes avions ? ».

Wi Fi en ligne  GoGo obtient l’aval des agences fédérales pour espionner dans les avions

Pour se défendre, GoGo avance qu’elle aurait obtenu la permission des autorités judiciaires afin d’utiliser «  des fonctionnalités et des protections qui serviraient dans les intérêts de la sécurité publique et la sécurité nationale ». De surcroît, elle aurait travaillé avec des agences fédérales afin de trouver un accord sur les capacités supplémentaires lui permettant d’aller plus loin que la loi CALEA (Communications Assistance for Law Enforcement Act) et d’effectuer les interceptions des communications en avion.

GoGo a tous les droits de divulguer vos communications

Selon les termes de son contrat, GoGo précise qu’elle peut partager notamment les communications espionnées au moyen des services, à partir du moment où une telle mesure est exigée par la loi, ou qu’elle la juge nécessaire. Son but le cas échéant ? Protéger ses droits, propriétés et sécurités, ainsi que ceux des internautes.

Laisser un commentaire