Encyclopædia Universalis s’incline devant Wikipedia

Défendant avec ferveur son statut de plus grande encyclopédie de l’Internet entier, Wikipedia détient une position bien dominante sur la toile. La concurrence particulièrement rude qu’elle engendre pousse même certaines plateformes en compétition à fermer les portes. C’est notamment le cas d’Encyclopædia Universalis.

Wikipedia : la connaissance gratuite à votre portée

Wikipedia est indéniablement l’encyclopédie la plus riche et la plus renommée du Web. Si bien que lorsque vous proposez un outil moins connu, moins complet et de surcroît payant et avec des contenus verrouillés, il s’avère difficile de rester longtemps en lice face à ce géant de la culture. En effet, en plus d’être célèbre à travers le monde, Wikipedia est une encyclopédie qui se veut à la fois libre et gratuite. Devant son omniprésence et sa prédominance, les autres encyclopédies déposent successivement le bilan. Encyclopædia Universalis n’est pas épargnée par la négligence des Internautes, au profit de la plus grande encyclopédie de la toile.

Après Encarta, Encyclopædia Universalis déclare forfait face à Wikipedia

Encyclopædia Universalis n’est pas la première encyclopédie à fermer les portes face à la concurrence rude de Wikipedia. En effet, Encarta, éditée par Microsoft a aussi expérimenté sa suprématie en 2009, année où le marché est alors presque totalement acquis par le géant lequel rassemble alors 97% des visites sur les sites omniscients. Pour sa part, l’entreprise assurant l’édition d’Encyclopædia Universalis, en l’occurrence une firme française, poursuit une période de redressement judiciaire, arrêtée à 6 mois. Le pouvoir de Wikipedia est indéniable : cette fois, c’est une entreprise forte de 45 années d’expérience qu’elle parvient à pousser à la ruine.

Les anciens services d’Encyclopædia Universalis

Encyclopædia Universalis différait notamment de Wikipedia du fait qu’elle proposait des contenus payants, moyennant 39 euros par an pour une consultation de sa version junior. De plus, elle proposait aussi des contenus sur CD ou DVD, ainsi, sur le plan numérique, elle n’affichait aucun retard. Cependant, le nombre de spécialistes contribuant à son édition semble particulièrement inférieur à celui de Wikipedia, qui mobilise entre autres des universitaires.

Laisser un commentaire